RORO

Port Rade de Toulon, la référence RoRo entre la Turquie et la France

MOTS-CLÉS:

Initiée en 2011 par les Ports Rade de Toulon, l’autoroute de la mer à destination de Pendik, en Turquie, voit ses volumes transportés en hausse graduelle d’une année sur l’autre. Ce succès, qui ne se dément pas, appelle d’autres liaisons de trafic roulier.

PARI

En 2011, les ports de la rade de Toulon osent un pari : faire de Brégaillon la base-port pour une ligne de trafic RO-RO (roll on, roll off) à destination de la Turquie. L’armateur turc, U.N. RO-RO dessert en 72h le port de Pendik – tout près d’Istanbul –  avec un seul bateau durant la première année d’exploitation et transporte alors 18 000 remorques. Les infrastructures de terre-pleins, du port de la Seyne-Brégaillon, permettent parfaitement de développer ce concept « d’autoroute de la mer », alternative au 100% route, plus long de 24h et plus néfaste pour l’environnement. Cette liaison maritime permet une réduction des émissions CO² de 2 000 tonnes par an.

 

REUSSITE

En six ans, l’activité connaît une croissance à deux chiffres graduelle impressionnante. D’un bateau et 18 000 remorques, la première année, la rotation  a été doublée en 2014. Début 2016, U.N. RO-RO passe à trois bateaux par semaine. Loin de marquer le pas cette année-là, le trafic augmente de 19% et les trois bateaux de la compagnie font le plein quasiment instantanément. En 2017, avec ses trois escales hebdomadaires et un potentiel de 220 à 280 ensembles routiers par navire, le taux de croissance atteint 15%. En 2017, l’autoroute La Seyne-Pendik a transporté quelque 69 500 remorques soit 990 000 tonnes.

 

REFERENCE

Dans ce domaine d’activité encore, les ratios de performance portuaire de Ports Rade de Toulon sont excellents. En cumulant les volumes rouliers de Brégaillon et Toulon Côte d’Azur, les ports de la rade dépassent 8,33 tonnes annuelles au m² (1,5MT sur 180 000 m²) pour un ratio de 7,5 tonnes annuelles au m²  (1,2T sur 160 000 m²) à Marseille. Désormais, le site de Brégaillon s’affirme comme la référence en Méditerranée occidentale pour les liaisons RO-R avec la Turquie. Aujourd’hui, les constructeurs Renault et Toyota ; la marque phare de l’électroménager turc Beko ; mais également des leaders du marché du textile comme  Zara, Mango, Primark ou Celio, des géants de l’agro-alimentaire (Carrefour, Nestlé, Danone, Coca Cola),  voient leurs marchandises transiter par Brégaillon.

 

PERSPECTIVES

Bénéficiant de cet élan du port de Brégaillon, l’armateur  U.N. RO-RO – propriétaire de trois bateaux – a choisi d’en accroître la capacité via une « jumboïsation » (agrandissement par un allongement de sa coque). En augmentant de 30% ses volumes disponibles, U.N. RO-RO – dont les bateaux sont pleins à l’arrivée comme au départ – permettra encore à l’activité de croître. Dès le printemps 2018, ses cargos, dont deux « jumboïsés » (et un troisième à venir à terme) permettront à ce segment d’activité de continuer à progresser d’environ 10% sur l’année. Aux remorques transportées depuis 2011 s’ajoutent désormais des conteneurs. Les Ports Rade de Toulon voient de nombreuses perspectives de développement de ce trafic spécifique qui pourra, dans quelques mois, basculer sur le train depuis Brégaillon.

 

AUTRES OPERATEURS

Comme les Ports Rade de Toulon ont su modéliser une stratégie vertueuse pour leur destination-phare en ferry (la Corse avec la Corsica Ferries) ; la dupliquer vers d’autres îles (Sardaigne, Baléares) et s’engager avec d’autres opérateurs, l’exploitant portuaire ambitionne d’amplifier son trafic roulier. En imaginant, par exemple à terme, une ligne RO-RO similaire avec la Tunisie ou l’Algérie avec de nouveaux opérateurs.

En complément

Terminal de Brégaillon et services

> EN SAVOIR PLUS