Intermodalité du Port de Brégaillon

MOTS-CLÉS:

L’activité fret dispose, sur le site de La Seyne-Brégaillon, d’un emplacement privilégié. A la fois par sa proximité avec un environnement industriel et technologique de pointe qui favorise les synergies ; mais aussi grâce à une grande accessibilité, renforcée dès 2019 par un raccordement ferroviaire.

 

SYNERGIES Autour des deux terminaux exploités par les Ports Rade de Toulon, la zone industrialo-portuaire aimante des sociétés, fer de lance pour certaines des technologies marines françaises. Ces 20 hectares réservés à l’implantation d’entreprises en lien avec les activités maritimes agrègent tout un écosystème : chantiers navals, transport, levage, manutention, génie océanique, recherche, câblage sous-marin… Un réseau de synergies, à la pointe de l’innovation industrielle, marine et sous-marine, qui compte plus d’une trentaine d’entreprises – dont comme First, IFREMER, CNIM, Océanide, Endel Navibord, Orange Marine, Envisan… – pour quelque 1500 emplois.

 

INTERMODALITE Ces synergies sont confortées par une intermodalité facilitée par la grande accessibilité du site seynois. L’environnement portuaire, industriel et technologique de Brégaillon est relié au grands axes routiers de l’arc méditerranéen : la bretelle d’accès à l’autoroute A50 (sortie 15 en venant de Marseille et 15b en venant de Nice) est à 3 km en double voie.

 

VOIE FERREE Synergies et échanges intermodaux seront d’autant plus consolidés par un chantier d’envergure souhaité de longue date par les Ports Rade de Toulon : le retour de la voie ferrée sur le terminal de Brégaillon. Les travaux, d'un montant de  3,7 millions d’euros, - dont la Chambre de commerce et d’industrie du Var est maître d’ouvrage - démarrent cette année. Elle sera opérationnelle au second semestre 2019, les conteneurs pourront ainsi gagner directement par le rail le nord de l'Europe et la Grande Bretagne.